Accueil téléphonique et services administratifs

Ouvert du Lundi au Jeudi de 8h30 à 12h et de 14h à 17h et le Vendredi de 8h30 à 12h et de 14h à 16h

— Au 05.34.01.34.60 ou asta@asta09.com

Service médical et psychologique

— Au 05.34.01.34.60 ou astamedical@asta09.com

05 34 01 34 60 ou asta@asta09.com
Image Alt

Télétravail : 3 risques à prévenir

La nouvelle situation du télétravail expose à des risques professionnels auxquels les travailleurs n’étaient peut-être pas encore confrontés. Zoom sur 3 risques liés au travail à distance, et sur les moyens de les prévenir.

Alors que la pandémie de Coronavirus n’est pas encore derrière nous, le recours au télétravail en entreprise est l’une des recommandations données par l’État pour lutter contre la propagation de la Covid-19. Malgré les nombreux avantages que ce mode de travail présente pour les entreprises et les salariés, le télétravail peut engendrer des risques sur le plan physique et mental des télétravailleurs, notamment dans un contexte de crise sanitaire. Il est important d’en avoir conscience pour mettre en place des mesures de prévention adaptées.

Des risques liés à un aménagement de poste de travail non adapté

Le confinement aurait un impact négatif sur la lombalgie chronique, selon une étude nommée CONFI-LOMB, présentée en décembre 2020 lors du congrès virtuel de la Société française de rhumatologieet organisée dans quatre services de rhumatologie, deux centres d’évaluation et de traitement de la douleur et un centre de consultations de pathologies professionnelles, en France et en Suisse. Menée auprès de 360 patients déjà pris en charge pour une lombalgie chronique, cette étude montre que 41 % des patients ont ressenti une aggravation des douleurs. Le télétravail serait l’un des facteurs associés à cette aggravation de la pathologie.

De même, Santé Publique France, dans le cadre d’une enquête sur les comportements des Français face au Covid-19, a interrogé, entre le 8 juin et le 8 juillet 2020, 6 000 personnes sur la survenue éventuelle de lombalgies pendant le confinement ou l’aggravation d’une douleur préexistante dans le bas du dos. L’organisme s’est concentré principalement sur les 3 200 participants travaillant pendant le confinement : les résultats indiquent qu’environ 10% d’entre eux ont développé une lombalgie alors même qu’ils n’étaient pas concernés par cette maladie auparavant.

Les facteurs en cause sont une installation inadaptée du poste de travail à domicile, d’un point de vue ergonomique, qui engendre une mauvaise posture, mais aussi la diminution de l’activité physique. En effet, les télétravailleurs sont amenés à rester assis plus longtemps et réduisent considérablement leurs déplacements, avec la suppression du trajet vers le lieu de travail ou même les allées et venues au sein de l’entreprise.

Des risques liés aux addictions

Le télétravail entraîne une hausse des pratiques addictives : c’est ce que dévoile une enquête de l’institut Odoxa au sujet des effets du télétravail sur les addictions des Français, réalisée auprès de 3 002 personnes pour le cabinet GAE Conseil, spécialisé dans la prévention des pratiques addictives en entreprise. Écrans, médicaments, drogues, alcool… Le télétravail serait un terrain propice aux addictions. Pour les trois quarts des salariés, le travail à distance expose nettement plus à des risques liés à l’hyperconnexion ou encore aux substances psychoactives. Toujours selon eux, le temps passé devant les écrans (81%) ou encore la consommation de tabac (75%), d’alcool (66%), de cannabis (55%), de médicaments (52%) et d’autres drogues (51%) sont plus significatifs en télétravail qu’en présentiel.

Les facteurs en cause sont notamment le stress, l’isolement social et professionnel, la surcharge de travail, le chevauchement entre vie professionnelle et vie privée et même l’incertitude économique, dans un monde plongé en pleine crise sanitaire.

Des risques psychosociaux

Selon une étude du cabinet Syndex menée en septembre 2020 auprès de 700 délégués du personnel, 83% des représentants des salariés estiment que la crise a amplifié les risques psychosociaux (liés au stress et à la surcharge de travail) dans leur entreprise, et en a même fait apparaître de nouveaux : 37% dénoncent l’isolement comme nouveau facteur de risque psychosocial.

Les facteurs en cause sont la surcharge de travail, la baisse de motivation, l’augmentation de la charge mentale, les troubles du sommeil, une trop grande autonomie face au travail ou, au contraire, une perte d’autonomie dû à un contrôle renforcé par le manager, le stress, l’isolement professionnel et social ou encore l’augmentation des tensions au sein des équipes qui s’enveniment par la voie du digital…

Le télétravailleur est d’autant plus exposé aux risques psychosociaux qu’un contexte anxiogène perdure en raison d’une instabilité liée à la crise sanitaire, et du confinement.

 

Quelques conseils de prévention pour un télétravail plus serein

Pour les salariés, il est recommandé de :

  • avoir un espace de travail dédié et un minimum organisé ;
  • aménager son poste de travail pour travailler dans de bonnes conditions et de façon à limiter les risques de troubles musculosquelettiques ;
  • organiser son travail de façon à conserver un rythme comparable au travail présentiel : s’imposer des horaires fixes, s’autoriser des pauses régulières dans la journée ;
  • délimiter son temps de travail professionnel : quand la journée de travail est terminée, elle est terminée ;
  • organiser des temps d’équipe pour échanger sur les sujets professionnels, mais aussi s’autoriser des temps d’échange informels avec les collègues pour parler comme on le ferait lors d’un temps de pause en présentiel.

Pour le manager, il est conseillé notamment de :

  • maintenir le lien avec les télétravailleurs en mettant en place des rencontres virtuelles ;
  • être à l’écoute de ses collaborateurs ;
  • adapter les objectifs et le suivi de l’activité des collaborateurs au télétravail ;
  • respecter le droit à la déconnexion ;
  • être vigilant aux signaux faibles pouvant révéler un risque potentiel pour la santé du télétravailleur, notamment une possible situation d’addiction ou de mal-être ;
  • réguler les tensions possibles au sein de l’équipe ;
  • respecter le droit à la déconnexion du salarié.

Pour l’employeur, il convient de :

  • mettre en place et diffuser des bonnes pratiques sur le télétravail ;
  • préciser les droits, les responsabilités et les modalités du télétravail aux télétravailleurs en ce qui concerne leur sécurité et leur santé ;
  • mettre à jour le document unique d’évaluation des risques (DUER), en prenant en compte les spécificités du télétravail ;
  • s’assurer que les salariés disposent des équipements nécessaires ;
  • promouvoir la santé physique des travailleurs ; les encourager à faire de l’exercice et à adopter de bonnes habitudes alimentaires (par exemple, en leur conseillant des vidéos sur le bien-être physique et mental) ; et les inciter à recourir aux applications et aux services de remise en forme physique ;
  • mettre en place une assistance à distance pour l’usage des outils numériques et de communication.