Accueil téléphonique et services administratifs

Ouvert du Lundi au Jeudi de 8h30 à 12h et de 14h à 17h et le Vendredi de 8h30 à 12h et de 14h à 16h

— Au 05.34.01.34.60 ou asta@asta09.com

Service médical et psychologique

— Au 05.34.01.34.60 ou astamedical@asta09.com

05 34 01 34 60 ou asta@asta09.com
Image Alt

Travail au froid, en hiver et en extérieur

Entrepôts frigorifiques, chambres froides, travaux en extérieur en hiver… De nombreuses situations professionnelles exposent les salariés au froid, naturel ou artificiel. Cette exposition directe au froid présente des risques pour la santé des travailleurs. Il favorise également la survenue d’accidents. Lorsque la température ambiante est inférieure à 5° C, la vigilance s’impose. La prévention la plus efficace consiste à éviter ou à limiter le temps de travail au froid.

Exposition aux risques

L’exposition directe au froid peut présenter des risques pour la santé des salariés. De nombreuses situations de travail sont concernées : travail en local réfrigéré, travail en extérieur, travail en altitude, travail en eau froide…

Environ 100 000 personnes travaillent en ambiances froides (températures inférieures à 10 °C), principalement dans l’industrie alimentaire. Il s’agit soit de manutentionnaires, soit d’opérateurs affectés à la transformation du produit (découpe ou préparation). Ils travaillent en chambre climatisée (0 à 10 °C) ou enchambre froide (- 30 à 0 °C).
Le travail dans des locaux refroidis artificiellement concerne également les employés des métiers du froid (installation, entretien, réparation de chambres frigorifiques ou de systèmes de conditionnement d’air), les salariés en postes fixes sur des lieux de travail insuffisamment chauffés (hangars, entrepôts…).

Travail à l’extérieur

Durant l’hiver, les travaux en extérieur peuvent exposer les salariés à des températures très basses : BTP, transports, travaux agricoles, pêche en mer, entretien et maintenance de bâtiments, de lignes électriques et de certains appareillages industriels, commerces…

Travail en altitude

Pour une même région, le froid est plus important en altitude qu’en plaine (en moyenne – 1°C tous les 150 mètres). De plus, l’hypoxie (diminution de l’oxygène dans les tissus) provoquée par l’altitude diminue la capacité de l’organisme à lutter contre le froid.
Les risques concernent par exemple le personnel d’exploitation et de maintenance des remontées mécaniques, les guides de haute montagne, les salariés du BTP et du secteur de l’énergie.

Travail en eau froide

Pour une même température, les pertes de chaleur d’une personne immergée dans l’eau sont 25 fois supérieures à celles observées dans l’air.
Certains métiers sont particulièrement exposés : les plongeurs professionnels, les techniciens amenés à diagnostiquer les fondations d’édifices sous-marins, les sauveteurs secouristes, les ostréiculteurs…